cannabis UFC

Le cannabis est autorisé pour les combattants de l’UFC

L’année 2021 marque un changement majeur au sein de la politique de l’UFC. En effet, le cannabis, et plus spécifiquement le THC, ne seront plus interdits pour les combattants qui exercent au sein de la plus grosse organisation de MMA mondiale !

Le THC désormais autorisé

En ce début d’année 2021, l’UFC a officiellement annoncé que désormais, les tests positifs au THC (à savoir l’ingrédient psychotrope qu’on retrouve dans le cannabis) ne seraient plus considérés comme un non-respect de sa politique antidopage ! Greg Beacham, membre du Associated Press, précise néanmoins que les combattants ne sont toujours pas autorisés à avoir recours au cannabis pour optimiser leurs performances sur le ring.

Bien que les combattants de l’UFC soient toujours dans l’obligation de respecter toutes les politiques en matière de drogue fixées par les commissions sportives nationales, les autres cannabinoïdes présents dans le cannabis ne sont déjà plus interdits depuis quelques années.   

Jeff Novitzky, le vice-président senior de l’UFC, de la santé et de la performance des athlètes, s’est également exprimé sur le sujet : “L’essentiel est qu’en ce qui concerne la marijuana, nous nous soucions de ce qu’un athlète a consommé le jour d’un combat, pas des jours ou des semaines avant un combat, ce qui a souvent été le cas dans nos cas de THC positifs historiques »

Bien évidemment, les combattants de l’UFC ne sont toujours pas autorisés à monter sur le ring sous l’influence du cannabis. Novitzky souligne que selon lui, cette décision est en quelque sorte un petit clin d’œil aux bienfaits alternatifs que peut avoir le CBD sur la santé.

Ne plus sanctionner les sportifs de l’UFC pour leur consommation de cannabis hors du ring

Travis, PDG de l’Agence américaine antidopage Tygart, a expliqué que ces nouvelles mesures visaient à se concentrer sur la prévention de la triche intentionnelle, en ne sanctionnant plus inutilement les athlètes de l’UFC pour des agissements qui n’ont aucun impact sur la compétition en elle-même.

Par conséquent, l’UFC a bon espoir que les commissions d’Etat réduisent certaines de leurs sanctions, et se montrent plus souples concernant la consommation de cannabis chez ses athlètes. Son utilisation récréative est de plus en plus tolérée dans le contexte actuel, et il est donc logique que l’encadrement dont font l’objet les combattants de l’UFC soit amené à évoluer.

A titre d’exemple, le combattant de l’UFC Nick Diaz a déjà fait l’objet d’une sanction exemplaire de la part de la Nevada Athletic Commission en janvier 2015 :  à la suite d’un troisième test positif au cannabis, cette commission l’a en effet suspendu pendant 5 ans. Bien que sa suspension ait finalement été réduite à une durée de 18 mois, et que son amende de 100 000 $ ait également été abaissée à un montant de 65 000 $, Diaz n’est toujours pas remonté sur le ring depuis janvier 2015 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
se connecter
Fermer
Chariot (0)

Le panier est vide Aucun produit dans le chariot.



Langue